ntroductionMerveilles / Géométrie en 4D / Surfaces minimales / Quaternions  / Fractal  / Ensembles paradoxaux /Fibrations/ Fonctions complexes/ Géométrie hyperbolique /Les abeilles/   le nombre d'or Compte-gouttes    /     Rings   / Galerie / Me contacter




Le Nombre d'Or dans la peinture


Construction du rectangle d'or
  Un rectangle est d'or lorsque son format , c'est à dire le quotient de sa longueur sur sa largeur , est égal au nombre d'or phi = soit environ 1,6.
rectangle d'or







Sandro BOTTICELLI (1445-1510), La Naissance de Vénus. Vers 1482. Toile de 172.5*27805 cm.

  véhus
Cette célèbre toile fut commandée par Giovanni di Pierfrancesco de Médicis. Le sujet est tiré de la littérature grecque et romaine, et en particulier de l'écrivain romain OVIDE dont les métamorphoses connaissent un grand succès du XIVe au XVIIe siècle. BOTTICELLI représente la déesse Temps recouvrant d'un manteau Vénus, déesse romaine de l'amour et de la beauté, née de l'écume de la mer, d'après la mythologie. Sur la gauche se trouvent les dieux du vent dont Zéphyr, qui ont transporté la belle jusqu'au rivage. On pense généralement que le peintre a voulu représenter la naissance de l'humanité. Ses tableaux évoquent souvent un monde idéal.

   venus grille 


Le format du tableau correspond à un Rectangle d'Or. Le groupe des Vents, à gauche du tableau, le personnage de la Grâce à droite, s'inscrivent dans des Rectangles d'Or et plus précisément le long des diagonales de ces rectangles d'or. Il est possible également de tracer deux cercles dont le diamètre correspond au côté de ces Rectangles d'Or. Le cercle de gauche renferme le groupe des Vents et Vénus, le cercle de droite Vénus et le personnage de la Grâce. Le Nombre d'Or apporte donc une clef à la composition de ce tableau.





















Diego VELAZQUEZ (1599-1660), L'Adoration des Mages, 1609, Musée du Prado MADRID. Toile de 203*125 cm.

adoration des mages 
 
Rien d'idéaliste dans cette toile peinte pour des Jésuites, relatant un récit du Nouveau Testament où l'influence d'Ignace de Loyola (fondateur espagnol de l'ordre des Jésuites) se traduit à travers les modèles choisis dans le peuple (costumes simples). 
Le gamin est le même que celui du tableau "El aguador de Séville". un des mages serait le peintre Pachelo, beau-père de Velazquez, le deuxième serait un de ses frères et le troisième Velazquez lui-même. 
Ces mages sont entassés, accumulés et s'opposent à la simplicité de la Vierge et de Jésus. Toute l'attention du spectateur est dirigée vers l'enfant, centre de cette scène. 
L'analyse géométrique de la toile nous en révèle la construction minutieuse. L'emploi du bithume dans les colorants a malheureusement noirci et altéré la gamme des couleurs. On remarque en revanche la plastique forte qui se dégage de l'ensemble proche de la statuaire (influence du peintre italien CARAVAGE, grand maître du clair-obscur).
adoration 
 
Le format du tableau correspond à un Rectangle d'or. 
Le tableau s'organise autour de la diagonale de ce Rectangle d'or. 
Le visage de Jésus est à l'intersection de la diagonale du rectangle et du côté du carré qui sert à engendrer le Rectangle d'or. 
Les visages de Marie et du personnage qui est à ses côtés s'inscrivent également dans un Rectangle d'or.